Les actualités adultes
rêves sexuels, une voie vers l’épanouissement?

Le rêve sensuel nous pose de vraies questions, par les postures que nous y voyons, les partenaires avec lesquelles le fantasme se déroule, et aussi l’impression de bonheur ou de gène qui semble s’en ressortir, au moment du songe, ou bien le matin.

Le songe est la porte ouverte de notre moi profond, il laisse s’exprimer notre coté permissif : chacun a l’autorisation de tout tester dans un rêve, absence totale de restriction. Inutile donc de se culpabiliser de ses rêves, en effet ils dévoilent, toutes les envies de l’être humain.
Les songes sensuels (pareillement aux rêves courants) ne doivent pas être considérer comme de simples caprices intellectuels visant à soulager les circuits neurologiques. Ils traduisent la vie affective, les convictions, les angoisses, les maux intimes.
Bien des fois, le bon sens indique que le songe nous aide à revivre la journée pendant notre sommeil. Mais le rêve continue tout au long de la journée, la marquant de son humeur y inscrivant discrètement les envies qui y paraitront.

Ainsi, le rêve doit-il se lire en accord avec l’avenir qu’il annonce comme un genre de brouillon du jour suivant.

Et pourquoi fait-on des rêves sexuels?

Et bien parce que, pendant notre repos, et notamment dans la période de sommeil paradoxal, au cours duquel se déroule les rêves, l’activité du cerveau est intensivement différente.
Une parcelle du cerveau se met en veille, et c’est lui, dans la journée, qui est l’acteur de “frein de l’érection”, d’où la belle érection du matin des messieurs, existante mais invisible chez les femmes.

Pour comprendre les significations d’un songe sexuel, il faut que le rêveur se retrouve a un seuil de détente équivalent à celui du rêve. La majeur partie du temps les significations du subconscient du songe proviennent de détails succins du contenu du rêve.
En générale, le rêve sensuel traduit des envies plus ou moins conscientes.

Derrières ces envies se taisent parfois des besoins affectifs.

Pour interpréter un rêve sensuel, des questions se posent. Il est naturel de différencier les rêves récurrents et les rêves qui ne surviennent qu’une seule fois.
tant un songe “original” ne fait que démontrer une partie de son subconscient, et qui peut nous apeurer. autant un songe récurrent peut signifier un besoin intérieur ou marquer une absence de liberté dans la sensualité du rêveur.
Lorsque le songe semble contredire la réalité. Le rêveur doit tenir compte de son affection vis-a-vis de ce songe. Il ne parviendra pas à comprendre de la même manière un songe dont il en sort mal et un autre dont il aurait eu intention qu’il continue dans la journée. En effet, d’un coté, il s’agit naturellement de pratiques ou d’actes qui nous dégoutent et nous font nous poser des questions, et de l’autre d’une forme d’envie mais ici présent au plus haut degré de l’échelle.
En règle générale, il existe une certaine cohésion entre les fantasmes de la journée et les rêves. Par exemple, l’homosexuel a des rêves homos.
Mais il y a moins de censure dans les songes. Certaines envies qui seraient inavouables pour le Moi conscient se retrouvent donc dans les rêves.

Étalon désirable ou incongru.

Une autre question a se poser: Est-ce que je ressens un peu, beaucoup ou pas du tout de désir, pour le complice qui se trouve dans ce rêve?

Mon collègue de travail, qui m’a voluptueusement aimée au cœur de la nuit, est-il un peu, beaucoup ou pas du tout présent dans mes besoins dans la vie réelle?
De même pour le fait de faire l’amour, est-ce que me voir nue dans un champs a faire l’amour est excitant en temps normal?
Penser à un accouplement sexuel avec une personne désirée, actuellement ou autrefois, ou même pour laquelle nous avons senti une attirance sexuelle, ne s’interprète pas. Nous nous posons tous la question a savoir si les pensées de notre subconscient sont des fantasmes souhaités réalisés en cachette pendant la nuit : telle une porte entrouverte sur notre imaginaire, le rêve nous prouve nos espoirs, même si c’est parfois symbolique. Nous retrouver a câliner le patron ne révèle pas forcement un désir inavouable pour celui-ci, mais, peut-être, un fantasme gardé secret de changement dans l’érotisme de notre couple.

Les rêves peuvent être également vus comme une revue des possibles. Nos questions en matière sexuelle concernent surtout ce que ressent le conjoint, et les raisons pour lesquelles il déclenche notre désir. Le songe explore toutes les possibilités et nous montrent les sensations correspondantes.
Par exemple, entraineur sportif, mais il m’arrive parfois de me dire qu’il pourrait être aussi un bon amant. Si je rêve de lui en pleine activité (avec les informations “sensuelles” que j’ai assimilé sur lui), j’en serais plus sur mes sensations dans cette situation.

Ce rêve sera t il ridicule ou agréable?

Vais-je le découvrir tendre, fougueux ou coincé ? A moi, ensuite, d’en trouver les réponses pour la suite des événements. Partenaires réguliers ou liaison extra conjugale ? Quoi qu’il en soit, le pote présent dans nos rêves voyous n’est pas toujours l’officiel, au point d’en être perturbant.
Le songe n’est pas censé traduire les pensées du jour.

Il faudrait interpréter ce personnage plutôt que l’identifier (souvent il est constitué de “plusieurs” : le nom de X, le visage de Y et la voix de Z). Le rêveur doit aussi se poser des questions sur la légalité de la relation, ainsi que sur les souvenirs gardés en mémoire : les fringues ou leur absence, les postures des corps, la gestuelle, les senteurs ou les mots dits. S’éterniser sur les senteurs perçues dans le songe .
C’est dans les détails que se trouvent les traductions les plus significatives.

Et si je rêve de pratiques limites, voir extrême ?

Comme lorsqu’il se mange, l’homme ou la femme, en rêvant, conserve en secret pour lui ce qui est bon, et ignore ce qui est mauvais ou inutile. Ce que prouve un rêve, assorti du sentiment que cela procure, c’est naturellement une info utile pour soi.
A fortiori, des songes scabreux, qui nous mettent naturellement mal a l’aise, et de manière récurrente, montrent un problème avec soi-même.
L’excès en quoi que ce soit n’est jamais positif.
En tout cas, les songes érotiques sont rarement racontés ouvertement, et parfois même cachés avec culpabilité au conjoint trompé dans la dimension onirique.

Alors tout le monde fait-il des rêves érotiques ?

Il y a certaines personnes qui ne se souviennent jamais de leurs rêves, d’autres ont uniquement des rêves non sexuels, d’autres toujours ont rarement des rêves sexuels et le contenu est assez banal. En général, il existe une continuité entre la séquence des désirs, des besoins conscients, des activités réelles et des rêves sexuels.
Autrement dit, quand une personne n’a pas d’inhibitions sexuelles particulières, sa libido circule librement aussi bien dans la réalité, l’imaginaire et les songes.

De la a dire que le rêve sexuel est une marque d’équilibre et d’épanouissement sexuel, il n’y a qu’un pas…